Le Message-je : un élément fondamental de la méthode Gordon

Qu’il est délicat d’exprimer à son interlocuteur une opinion ou une réponse dont on sait qu’elle va à l’encontre de sa demande initiale, du besoin qu’il a exprimé, de sa façon de voir le monde… On a comme l’impression d’aller droit à la confrontation, alors qu’on ne souhaite simplement qu’exprimer sa propre position – et c’est bien notre droit, n’est-ce pas ? Dans de tels cas, utiliser le Message-je, un outil issu de la méthode Gordon, s’avère être un recours d’une puissance incroyable pour assurer la qualité de l’échange et protéger la relation. Explications !

Pour mieux gérer notre temps et maîtriser notre organisation personnelle, nous avons besoin de connaitre certains outils d’organisation, de faire preuve de beaucoup d’autodiscipline et aussi de développer une certaine « assertivité », c’est-à-dire une affirmation de soi dans la relation qui évite les pièges de la passivité, de l’agressivité et de la manipulation.

L’approche Gordon, méthode de communication efficace développée par le docteur Thomas Gordon, propose un outil simple pour délivrer un message clair et authentique à son interlocuteur, tout en minimisant les réactions de défense de l’autre quand ce message est confrontant, exprime un désaccord ou un refus.

Le Message-Je de la méthode Gordon : comment le construire ?

Cet outil, le « Message-Je », peut être utilisé pour affirmer son point de vue, prévenir une situation potentiellement conflictuelle, confronter ou recadrer un comportement, exprimer son approbation ou sa reconnaissance.

Sa structure en 3 parties est la suivante, sachant que l’ordre est en fait aléatoire, chaque partie pouvant être inversée selon les situations :

  • Décrire la situation, le comportement (qui pose problème ou qui est à valoriser) de manière précise et factuelle, sans jugement de valeur, sans généralisation abusive, sans donner tort, en faisant bien attention de parler des comportements de la personne (ce qu’elle « fait ») et non de son identité (ce qu’elle « est »).
  • Exprimer avec sincérité ses ressentis émotionnels personnels en lien avec la situation. Sans accuser l’autre, sans chercher à le culpabiliser, en assumant la responsabilité de ce que l’on vit. L’expression des émotions ajoute à l’authenticité du message et stimule l’empathie de l’interlocuteur, donc sa compréhension de notre vécu.
  • Expliquer et clarifier les conséquences de la situation. Celles-ci doivent être réelles, crédibles et avoir des effets tangibles sur soi : sur son travail, son temps, son organisation, son énergie, etc.).

Cet outil en 3 parties s’appelle le « Message-Je » car il s’agit de parler de soi dans la situation, de ce que l’on vit à titre personnel, et non de culpabiliser, d’accuser ou de juger l’interlocuteur, ce qui ne ferait que créer des résistances et tendre la communication.

Message-Je : exprimer son point de vue avec tact et clarté, dans le respect de l’autre

La préservation de la relation reste un objectif essentiel, même si la confrontation est importante.

Il est par ailleurs conseillé de ne pas ajouter une demande après les 3 éléments, ceci afin de redonner l’initiative du changement à l’interlocuteur. Minimiser la pression exercée doit permettre d’apaiser encore les résistances et d’activer l’esprit de coopération.

Le « Message-Je » permet ainsi de rester ferme sur ses besoins et souple sur les solutions possibles.

Le Message-je est un élément fondamental de la méthode Gordon, en particulier dans le cadre de la résolution de conflit, que beaucoup appelle "gagnant - gagnant" mais que chez Gordon Crossings, nous préférons appeler "sans perdant". Le Message-Je est un concept que nous abordons dans un grand nombre de nos formations, car c'est un outil soft skills de premier ordre. Si vous souhaitez l'appréhender et vous entraîner pour l'intégrer dans vos interactions, participez à notre prochaine session de formation Communication Efficace.

Crédit Photo : Adobe Stock

neque. leo venenatis Nullam id id, suscipit